Nouvelles

Les pharmacies de vente par correspondance de l'UE ne sont pas tenues de respecter des prix fixes

Les pharmacies de vente par correspondance de l'UE ne sont pas tenues de respecter des prix fixes


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

CJCE: la réglementation limite de manière inadmissible la libre circulation des marchandises
Luxembourg (jur). Le prix fixe des médicaments d'ordonnance n'a pas existé sous sa forme actuelle. En tout état de cause, il est irrecevable pour les pharmacies de vente par correspondance dans les autres pays de l'UE, statué le mercredi 19 octobre 2016 par la Cour européenne de justice (CJCE) à Luxembourg (numéro de dossier: C-148/15). Elle conduit à des restrictions injustifiées à la libre circulation des marchandises.

Les pharmacies en Allemagne ne sont autorisées à vendre des produits pharmaceutiques qu'à des prix spécifiés. Cela résulte du prix fixé par le fabricant plus les suppléments, qui sont fixés dans un règlement fédéral (réglementation des prix des médicaments). Les services de gros et de pharmacie sont compensés par ces suppléments. Selon la jurisprudence de la Cour fédérale de justice (BGH) de Karlsruhe, la fixation des prix s'applique également aux pharmacies de vente par correspondance dans d'autres pays de l'UE; les tentatives de contournement ont également échoué devant la BGH (arrêt et décision ainsi que notification JurAgentur du 26 février 2014, numéro de dossier: I ZR 72/08 et I ZR 77/09). Selon les arrêts BGH de 2010, les pharmacies allemandes ne peuvent donc attirer leurs clients qu'avec de petits cadeaux, remises ou points bonus (dits bonus Rx) d'une valeur allant jusqu'à environ un euro (arrêts du 9 septembre 2010, numéro de dossier: I ZR 193/07 et I ZR 98/08).

Le but de la fixation des prix est d'assurer l'approvisionnement à l'échelle nationale ainsi que le service d'urgence des pharmacies. Les pharmacies soutiennent également que les prix fixes protègent les patients aigus qui ne sont de toute façon pas en mesure de comparer les prix.

La CJE n'a pas suivi ces arguments et s'est maintenant ralliée à l'Association allemande de la maladie de Parkinson, une organisation d'entraide qui représente les malades chroniques. Selon ses propres déclarations, l'association compte 23 000 membres.

L'Association Parkinson avait négocié des primes avec DocMorris. Depuis 2009, les membres ont reçu une réduction de 0,5% sur le prix d'achat, y compris pour les médicaments sur ordonnance. Comme pour les autres clients, la pharmacie de vente par correspondance assume également la moitié du paiement supplémentaire.

En revanche, le quartier général allemand a intenté une action pour lutter contre la concurrence déloyale. À leur avis, les remises enfreignent le prix fixe des médicaments.

Dans un premier temps, le tribunal régional de Düsseldorf avait interdit les primes. Le tribunal régional supérieur (OLG) de Düsseldorf a ensuite soumis le litige à la CJUE et a ainsi renvoyé le BGH. Il a généralement demandé si le prix fixe des médicaments sur ordonnance était compatible avec la libre circulation des marchandises.

La CJCE a nié cela. Le prix fixe était "une restriction injustifiée à la libre circulation des marchandises".

À titre de justification, les juges luxembourgeois ont évoqué la grande importance de la vente par correspondance pour les pharmacies d'autres pays de l'UE. C'était pour eux l'accès le plus important, voire le seul, au marché allemand. Alors que les pharmacies locales peuvent également marquer avec leurs clients grâce à des conseils et d'autres services, le prix est un facteur de compétitivité particulièrement important pour les pharmacies de vente par correspondance. En conséquence, les pharmacies de vente par correspondance dans d'autres pays de l'UE sont particulièrement touchées par les prix fixes.

Les restrictions à la libre circulation des marchandises sont autorisées dans l'intérêt de la protection de la santé. Cependant, l'Allemagne n'a pas démontré que la fixation des prix était nécessaire pour atteindre les objectifs déclarés.

Les juges luxembourgeois ont déclaré textuellement: «En particulier, il n'a pas été démontré dans quelle mesure la fixation de prix uniformes peut assurer une meilleure répartition géographique des pharmacies traditionnelles en Allemagne. Au contraire, certains des documents soumis suggèrent qu'une concurrence accrue des prix entre les pharmacies favoriserait même l'approvisionnement en médicaments, car des incitations seraient mises en place dans les zones où le nombre inférieur de pharmacies pourrait entraîner des prix plus élevés.

Rien n'indique non plus que la concurrence par les prix des pharmacies de vente par correspondance puisse mettre en danger les services de conseil et les services d'urgence des pharmacies allemandes. Au contraire, selon la CJCE: "Il pourrait également s'avérer que pour les pharmacies traditionnelles, si elles sont confrontées à la concurrence des prix des pharmacies par correspondance, il y aurait même une incitation à offrir plus de services d'intérêt général, comme la fabrication de médicaments sur ordonnance."

En tout état de cause, les patients et leurs assureurs maladie bénéficieraient d'une concurrence par les prix, conclut l'arrêt luxembourgeois.

Formellement, le tribunal régional supérieur de Düsseldorf doit maintenant se prononcer sur le litige. Avec la décision de la CJCE à l'arrière, il peut également s'écarter de la jurisprudence BGH précédente.

Avec une nouvelle réglementation, l'Allemagne pourrait dans tous les cas maintenir légalement le maintien des prix pour les pharmacies en Allemagne. Étant donné que les soins de santé ne sont pas harmonisés dans l'UE, seules les pharmacies des autres pays de l'UE peuvent s'appuyer sur le principe de la libre circulation des marchandises. Une «discrimination nationale» serait autorisée (selon la CJCE sur la liberté de circulation, l'arrêt et la notification JurAgentur du 5 mai 2011, réf.: C-434/09).

DocMorris a salué le verdict du Luxembourg; c'était "Une bonne journée pour les patients en Allemagne et dans toute l'Europe". Vous pourriez «économiser à nouveau à la pharmacie de vente par correspondance DocMorris». Il existe désormais "une réponse définitive et une sécurité juridique à cela", a déclaré la société de Heerlen. mwo

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Injustice fiscale: la faute à lEurope? ARTE (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Gomuro

    Fortement d'accord avec le post précédent

  2. Moketaveto

    Oui, le problème décrit dans le message existe depuis longtemps. Mais qui décidera ?

  3. Zameel

    Il est allé chercher ...

  4. Akinole

    Il y a quelque chose là-dedans. Merci pour l'aide à ce sujet, je pense aussi que le plus simple sera le mieux ...



Écrire un message